ciac-web

Inscription Newsletter

Accueil / Expositions / Expositions précédentes
Conscience polygonale PDF Imprimer Envoyer

CONSCIENCE POLYGONALE
de carMelo ArDen quIn à MADI contemporain

couv-conscience-polygonale-web

De carMelo ArDen quIn à MADI contemporain :

Conscience polygonale

Exposition février - mai 2011

(72 p., L'image et la parole) 15 €


Sorti du cadre de l’abstraction géométrique en introduisant une « conscience polygonale » dans le champ de l’art, le mouvement MADI reste très actif 65 ans après sa création, alimenté par de nombreux artistes contemporains dans le monde. Avec MADI, construction et destruction coexistent dans une géométrie de l’action. Le contour irrégulier et la découpe induisent la possibilité de créer des formes à l’infini.

Le mouvement MADI n’a jamais été monolithique, il n’a cessé de se transformer et cette exposition tente d’articuler les divers temps de son histoire, qui a traversé notre région, s’est ancrée à Paris et retourne d’une certaine manière en son berceau, l’Argentine.

Avec 101 œuvres de 77 artistes représentant 12 nationalités (Argentine, Belgique, Brésil, Espagne, France, Hongrie, Italie, Japon, Pays-Bas, Suède, Uruguay, Venezuela), elle montre la vitalité de MADI aujourd’hui, autour et au-delà de l’œuvre fondatrice de Carmelo Arden Quin (1913-2010).

BandeauMadi



L’exposition s’articule autour de deux axes, l’un présentant les œuvres des fondateurs et des acteurs historiques du mouvement, l’autre mettant en évidence les créations contemporaines.

1. Salles est, 1er étage : Carmelo Arden Quin, inventeur de MADI et de la conscience polygonale, les artistes MADI de Buenos-Aires à Paris et ceux de la période « MADI adesso » (collection de la Salle, Saint Paul).Carmelo Arden Quin (1913-2010)
Le mouvement MADI n’existerait pas si un certain jeune homme de vingt-deux ans, Carmelo Arden Quin, né en Uruguay, n’avait été frappé par une conférence de Joaquin Torrès Garcia en 1935 à Montevideo traitant de l’art abstrait en Europe et à Paris. Avide de nouveauté, passionné par les révolutions plastiques du début du siècle, le jeune homme voulait aller plus loin et rentra chez lui pour composer le premier tableau à contour irrégulier de toute l’histoire de la Peinture, « Diagonales et carrés ». Poète, philosophe et plasticien, il décida de fonder une revue qui inviterait à une nouvelle vision de l’art dans toutes les disciplines, ce fut « Arturo », parue en 1944, dans laquelle un manifeste engageait à sortir de l’expression, la représentation, la signification pour atteindre à un art libéré, ludique, un art en mouvement.
• [1er étage, est, grande salle] : Carmelo Arden Quin, inventeur de MADI et de la conscience polygonale (œuvres 1936-1991)Artistes MADI de Buenos Aires à Paris
Un groupe « Arte Concreto-Invención » fut créé pour montrer les travaux qui mettaient en actes ces préceptes. En 1945, chez le psychanalyste Enrique Pichon-Rivière, Arden Quin parla de « conscience polygonale ». C’est en août 1946, à l’Institut français des Hautes Études qu’il fonda le mouvement MADI par la lecture d’un manifeste se terminant par : « Je crée l'événement. Le passé n'est pas d'aujourd'hui qui sera demain. Je vous lègue la formule des inventions de l'avenir ». La Presse et les critiques saluèrent ces gens étranges… En 1948 Carmelo Arden Quin décida de partir pour Paris y continuer le mouvement. Son atelier de la rue Froidevaux devint le « Centre d’études et de recherches MADI », de nombreux artistes vinrent y travailler et constituer un nouveau groupe MADI qui se mit à exposer chaque année au Salon des Réalités Nouvelles.
• [1er étage, est, palier] : Martin Blaszko, Bolivar, Roger Desserprit, Luis Guevara, Juan Mélé, Salvador Presta, Volf RoitmanArtistes de la période « MADI maintenant / MADI adesso »
Quelques années plus tard, Alexandre de la Salle qui, adolescent, l’avait connu dans la galerie parisienne de son père Uudo Einsild, allait retrouver Arden Quin, l’exposer dans sa galerie de Saint-Paul et réactiver le mouvement MADI avec de nouveaux artistes, particulièrement à travers la série de manifestations « MADI maintenant / MADI adesso » en France et en Italie. Le mouvement allait donc à nouveau essaimer.
• [1er étage, est, petite salle] : Lex Caral, Jean Charasse, François Decq, Reale Franco Frangi, Alberte Garibbo, Jo Girodon, Yves-Marie Le Cousin, Susana Sulic, Giorgio Ulivi, Roberto Vecchione

2. Salles ouest, 1er étage et 2ème étage : Les artistes MADI contemporains de la Galerie Orion, Paris, dirigée par Catherine Topall, et les artistes argentins soutenus par Sofia Arden Quin au Musée de La Plata.50 artistes MADI de la galerie Orion, Paris
Des centres MADI allaient fleurir en France, Italie, Belgique, Hongrie, Etats-Unis, Uruguay. En 2004 Catherine Topall crée le « Centre Orion » - « Arturo » ayant été en son temps un hommage à Arcturus, étoile de première grandeur de la constellation du Bouvier - et organise un grand nombre d’expositions d’artistes MADI.
• [1er étage, ouest, salle 1] : Carlos Castro, Jean-François Coadou, Janos Fajo, Lars Erik Falk, Reale Franco Frangi, João Carlos Galvao, Michel Jouët, Tamas Laszlo Kovács, Jaïldo Marinho, Renato Milo, Giuseppe Minoretti, Judith Nem’s, Isabelle Prade, Torsten Ridell, Helen Vergouwen
• [1er étage, ouest, salle 2] : Dominique Binet, Jean Branchet, Elisabetta Cornolo, Jean-Claude Faucon, Aldo Fulchignoni, György Galgóczy, Gino Luggi, Vincenzo Mascia, Balazs Pataki, Albert Rubens, Robert Saint-Cricq
• [1er étage, ouest, salle 3] : Sandrina Caruso, Franco Cortese, Franco Giuli, Istvan Haasz, Mitsuko Mori, Gaetano Pinna, Janos Saxon Szasz, Piergiorgio Zangara
• [1er étage, ouest, salle 4] : Giuseppe Angelo Bertolio, Gaël Bourmaud, Joël Froment, Sakae Hasegawa, Pal Horvath, Laszlo Hórváth, Yumiko Kimura, Antonia Lambélé, Josée Lapeyrère, Gianfranco Nicolato, Claude Pasquer, Antonio Perrottelli, Marta Pilone, Renée Rohr, Inès Silva, Philippe Vacher10 artistes MADI argentins
Aujourd’hui, Sofia Arden Quin, l’épouse de Carmelo Arden Quin, a fondé un groupe de jeunes MADI argentins, comme un retour aux sources.
• [2ème étage, ouest, salle 1] : José Maria Caceres, Martin Caceres, Carlos Di Leone, Lorena Facio, Eugenio Monferran, Mariano Prestach, Armando Ramaglia, Carolina San Martin, Gloria Stafforini, Enrique Tommaseo


 
 

 

                                           Copyright ville de Carros                                Informations légales                                Contact